Noa en Auvergne

Noa, tu es à St Dominique depuis 2 ans. Actuellement en classe de 4ème, tu reviens d’un voyage scolaire en Auvergne. Depuis Vercingétorix, cette région se pose en donjon mystique de l hexagone, regorgeant de paysages qui comptent parmi les plus singuliers du cœur de la France : c’est la terre des grands espaces et du volcanisme par excellence.
Peux-tu nous dire en quelques mots quelles ont été les activités et les visites que tu as faites lors de ce voyage ?

 

Lors de ce voyage, nous avons effectué plusieurs randonnées afin de découvrir les volcans d’Auvergne. L’ascension vers le volcan du Puy de la Vache restera à jamais gravée dans ma mémoire. Après une bonne heure de marche et d’escalade à en perdre haleine tant la côte était abrupte, nous avons enfin atteint son sommet. Comme je suis asthmatique, cette montée m’a semblé interminable : j avais l’impression de gravir l’Himalaya ! Enfin au sommet, pour récompenser mes efforts, mes amis, bienveillants, m’ont accueillie sous un tonnerre d’applaudissements. C’est alors que j’ai découvert un panorama à couper le souffle !


L’excursion vers le volcan de Lemptégy creusé pendant 60 ans par les Hommes, s’est avérée plus facile.
Nous nous sommes aussi plongés dans les entrailles de la terre lors de notre visite de Vulcania, véritable parc d’attractions qui nous a fait découvrir la démesure et les mystères de la Terre. Ces attractions mettent la vue et l’ouïe en alerte, tandis que vous ressentez dans tout votre corps les secousses telluriques d’un tremblement de terre ou l’explosion hallucinante d’une météorite qui percute la terre.

Enfin dressée sur le Mont Cornadore, comme sur un piédestal qui n’attendait qu’elle, nous avons visité l’église de Saint-Nectaire qui domine le site tout entier, avec son air de cathédrale. Elle est considérée comme l’une des plus belles églises romanes d’Auvergne.

Peux-tu nous décrire l’ambiance du voyage ?

Le réveil à 4h30 du matin pour prendre le train a été un peu rude. Ce qui n’a pas dû être que mon ressenti, car une centaine de « zombies » se dressaient le matin près du quai. Mais, une fois dans le train, cela a été vite oublié, laissant place à une très grande convivialité entre les élèves et professeurs. Ce qui nous a permis de les voir différemment en dehors de leur rôle de professeur des écoles. A notre arrivée à Clermont Ferrand, nous avons été accueillis par des trombes de pluie. Trempés jusqu’aux os, certains de mes camarades n’arrivaient pas à se décider entre la casquette, ou le k-way ou le sac à dos (pour ceux qui avaient oublié leur k-way). Ils ont donc pris le parti d’amonceler sur leur tête tout ce qu’ils avaient à portée de main.

Le soir, nous participions à des activités animées par les profs. Ainsi Mr Olivari nous faisait danser sur les sons endiablés de la salsa, Madame Astrid De Vaumas proposait des cours de Madisson, Madame Delaye gérait le Time’s up et Monsieur Pallau et Madame Renoult animaient le Loup-Garou.

La grande boum organisée le dernier soir a été un moment extraordinaire, profs et élèves dansant côte à côte.

Seuls, sans nos parents, avec une l’envie de liberté, les nuits étaient quelque peu agitées et donnaient donc souvent aux professeurs matière à faire irruption dans nos chambres. …. Un des garçons a même déclenché l’alarme incendie par inadvertance, tentant vainement de faire fuir une araignée de sa chambre ….

 

Quel est le plus beau souvenir que tu garderas de ce voyage ?

L’ambiance générale ! C’était un voyage qui nous a permis de mieux nous connaître en cette rentrée de 4ème.
Mais aussi la terrible frayeur que j’ai ressentie à Vulcania sur une des attractions ; j’en ai ri aux larmes !