Le Grand Oral d’ Eloquence

Dans le cadre des Parcours d’Excellence dispensés au lycée, Nathalie Romieu, responsable des 1ères et professeur d’anglais, est à l’initiative du projet Éloquence qui vise à redonner sa place à l’oral et à l’art oratoire.

En France, l’enseignement est centré autour de l’écrit, dans le cadre très formel de la dissertation.  La part de l’oral est réduite au minimum. Or, être maître dans l’art de la dissertation ne signifie pas que vous allez savoir persuader un employeur potentiel de votre valeur ou convaincre votre responsable du bien-fondé de votre décision.

C’est pour combler ce manque et répondre à cet enjeu que Nathalie Romieu a développé ce Parcours d’Excellence.

Mardi 9 mai, nous avons assisté au Grand Oral d’Éloquence qui clôture l’année.

Ainsi six élèves de première ont représenté leur classe respective devant un jury de six personnes composé de trois membres de l’équipe éducative de St Dominique (Madame Mathelon, Monsieur Brunissen et Monsieur Jamault) et de trois élèves de Terminale, représentant chacune des 3 sections.


Le tirage au sort effectué pour déterminer les ordres de passage, c’est parti pour un sujet libre durant un temps imparti : 5 minutes.

Claire Olivier, 1ES1 : La cigarette est-elle réellement nocive pour la santé ?
Jérémy Poivre d’Arvor, 1ES2 : Mon pays a dit non mais pour combien de temps ?
Marguerite Dedeyan, 1L : La Neuroergonomie
Yvan Vincent, 1S1 : L’humour
Rodrigue Payrard, 1S2 : La confiance en soi
Ryan Assad, 1S3 : Comment percer sur les réseaux sociaux ?

Au-delà du raisonnement et de l’argumentation, la persuasion requiert un discours incarné par un orateur qui sait s’exprimer avec aisance et qui a une certaine capacité à soulever les émotions de son auditoire. Le fond est indissociable de la forme ! Un discours percutant ne se contente pas de démontrer : il se vit, s’interprète et interpelle !

Les élèves ont ainsi été évalués sur plusieurs critères de la rhétorique, dissociant la communication et le contenu.

  • La prise de parole, la capacité à incarner son discours : poser sa voix, créer des ruptures dans le discours, regarder l’auditoire pour bien marquer sa présence
  • La gestion du temps imparti
  • La pertinence et l’utilité du support visuel qui illustrait leur discours
  • La maîtrise des connaissances, la recherche des arguments, l’organisation du discours, l’art de la mémorisation.

A l’issue de cette deuxième édition du Grand Oral d’Eloquence, c’est Marguerite Dedeyan  avec son sujet sur la Neuroergonomie qui a su se démarquer et ainsi convaincre le jury !

Un immense bravo aux cinq autres orateurs qui ont aussi su manier l’art oratoire avec brio !