A. de Vaumas, Directrice du Collège

Nous avons rencontré Mme Astrid de Vaumas qui, depuis la rentrée 2016, a en charge la direction adjointe du Collège.

 

Mme de Vaumas, pour les parents des collégiens qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Je suis arrivée à Saint Dominique en septembre 1998, en tant que professeur de mathématiques au collège et au lycée.
Depuis 5 ans, j’étais professeur en Terminale S.

Quelles sont vos nouvelles fonctions en cette rentrée 2016/2017 ?
J’ai en charge la direction du collège et j’assure conjointement la responsabilité des classes de 5ème et de 4ème en raison du départ à la retraite de Mme de Cornulier. Parallèlement je m’efforce de renforcer les liens avec le primaire et le lycée. Je continue également à donner deux heures de cours de math en TS.

En quoi consiste la création du poste de Directrice du collège ?
M. Gavat a créé ce poste afin de répondre à 3 objectifs : renforcer la cohérence dans les différents projets pédagogiques et éducatifs mis en œuvre, favoriser la mise en œuvre et le développement de la réforme du collège et assurer un suivi encore plus personnalisé des élèves au cours de leur scolarité.

Plus concrètement, quel est le point central de votre poste ?
Continuer à accompagner les élèves et veiller à la cohérence interne des cycles 3 et 4.

En quelques mots, pour les parents qui sont un peu perdus dans le méandre des réformes, quels sont les points clés de la réforme du collège ?
Avec la réforme du collège, l’accompagnement, sera encore plus individualisé.
Comme l’a dit M Gavat : « Il cherchera à apporter à tous les élèves une réponse plus pertinente aux besoins de chacun en fonction des thèmes définis chaque année par les équipes pédagogiques : l’organisation personnelle, le développement de l’esprit critique, la confiance en soi, l’aisance à l’oral ou encore le sens de l’effort … ».
Cet accompagnement devra permettre aux élèves de mieux apprendre pour mieux réussir.
Au travers des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI) qui sont mis en place, les élèves sont acteurs de leur apprentissage de manière différente, et l’Accompagnement Personnalisé qui est fait pendant les heures de cours permettra de travailler davantage certaines compétences transversales ( la lecture d’un énoncé par exemple ou la prise de notes).

Et pouvez-vous nous éclairer sur les changements du brevet 2017 ?
Le nouveau brevet comporte trois volets : une évaluation des compétences de l’élève dans les 5 domaines du socle commun qui sera faite par l’équipe pédagogique ( 400 points ), deux épreuves écrites ( chacune sur 100 points ), l’une littéraire, l’autre scientifique et une épreuve orale ( 100 points ).

Vous qui avez enseigné au collège et au lycée. Quelle-est pour vous la principale différence ?
Le collège est pour moi le lieu où les élèves acquièrent la base du raisonnement. Certains élèvent se révèlent d’excellents lycéens alors qu’ils étaient moyens au collège, car ils ne voyaient pas l’intérêt de démontrer.
Pour eux, « c’est ce que je vois qui est vrai ». Pourquoi aller chercher plus loin ? Arrivés au lycée, la difficulté augmentant, ils n’ont plus le choix, ils doivent passer par la démonstration et l’argumentation.

Maman de 5 enfants, professeur depuis 18 ans, pouvez-vous nous faire bénéficier de votre expérience ?
Les années collège sont des années difficiles pour les adolescents, quelle est pour vous la chose la plus importante à transmettre à nos enfants pour les accompagner ?
Je ne me permettrai pas de donner des conseils. Pour moi, deux choses sont primordiales : apprendre aux enfants à avancer dans la vie en confiance fraternelle pour reprendre le thème d’année. Il y a plusieurs volets dans la confiance : en eux tout d’abord, en l’adulte qu’ils côtoient ( leurs parents au premier chef ) et en Dieu qui nous fait confiance. Et apprendre à être responsables, à répondre de ses actions. Cet apprentissage-là se fait d’abord par l’exemple…