L. Mathelon, Directrice du Lycée

Nous avons rencontré Laure Mathelon, la nouvelle directrice du lycée, afin d’en savoir un peu plus sur les projets mis oeuvre.

 

 

Afin de faire plus ample connaissance, pouvez-vous nous parler de votre parcours à St Do ?
Je suis arrivée en 1999 en tant que professeur d’histoire géo au collège et au lycée. Il y a 7 ans, j’ai intégré l’équipe de direction sur un nouveau projet en tant que responsable des études du soir, appellé aussi accompagnement éducatif. Puis, en 2012, Monsieur Riquet m’a en plus confié la responsabilité des secondes.

Depuis la rentrée, vous êtes directrice du lycée. Continuez-vous à enseigner ?
Oui, j’enseigne en classe de seconde (5h30) ; j’ai une classe en cours classique et un groupe d’enseignement exploratoire en littérature et société. Cela me permet de garder un contact avec les élèves. C’est à la fois une richesse et une nécessité.

Le poste de Directrice du Lycée est une création de poste mis en place par
M. Gavat. Quel est son objectif ?

Il s’agit d’assurer encore plus de cohérence et de continuité des projets sur toutes les années lycée, en coordination avec mes collègues responsables de niveau Grégoire Charles et Nathalie Romieu. Parallèlement, ce poste vise à poursuivre l’articulation avec le collège et repose donc sur un travail de collaboration avec Astrid de Vaumas, mon alter ego pour le collège.
C’est un poste d’accompagnement, de gestion des personnes, qui permet d’avoir une vision beaucoup plus globale du lycée.

Pouvez-vous à présent nous éclairer sur les nombreux projets qu’il y a au lycée?
Ils sont construits autour de 3 grands axes : l’orientation, la culture des talents et la construction de la personne.

L’orientation des élèves c’est le fer de lance des 3 années lycée.
En seconde, on axe beaucoup le travail sur la connaissance de soi pour permettre aux élèves de choisir une section en fin d’année. Pour cela, les élèves travaillent, entre autres sur les intelligences multiples. Chaque personne possède 8 formes d’intelligences plus ou moins développées. Notre but est d’amener les élèves à les identifier. Ces points d’appuis, ces compétences mises en lumière, leur permettront ainsi de progresser. Ce travail est réalisé sous forme d’ateliers.
En première, on poursuit ce travail d’orientation avec l’orientation post bac. Le but étant, pour les élèves, de s’informer sur les études post bac afin d’arriver plus sereins en Terminale, où les élèves se concentrent sur les dossiers à constituer et les démarches à effectuer.
En Terminale, le travail sur l’orientation est centré cette année sur les études à l’étranger qui sont en demande croissante. Les élèves sont accompagnés dans leurs choix et notamment en insistant sur les protocoles spécifiques à respecter.

Le second objectif, à savoir la culture des talents, passe par les parcours d’excellence mis en place il y a 2 ans.
Il s’agit de plusieurs ateliers, Théâtre, Histoire des arts, Humanités, PrépaSup, avec 2 nouveaux cette année : le brevet d’initiation aéronautique et la prépa Science Po. Ces parcours d’excellence permettent de mettre en avant les talents des élèves. Ils sont facultatifs et l’élève peut, selon ses goûts et ses disponibilités en suivre plusieurs.
Mais la culture des talents repose aussi sur l’enrichissement de la culture de nos élèves en leur donnant donnant le goût de la lecture et plus d’aisance à l’écrit au travers de matières à dissertation.
En seconde, nous avons mis en place un projet ludique qui s’appelle « défi lectures ». L’objectif est d’amener les jeunes à lire un maximum de livres et à développer le plaisir de lire afin qu’ils se constituent une véritable culture.
En première, nous insistons davantage sur l’entraînement à l’écrit, notamment dans les sections ES.

Le dernier objectif au lycée est de poursuivre la construction de la personne dans son intégralité. Cela se décline notamment en seconde au travers des stages, des voyages, en 1ère avec de nombreux projets dont le projet d’Eloquence, et sur l’ensemble des années lycée par la diversité des projets proposés par la Pastorale.
En seconde, il y a non plus 1 mais 2 semaines de stage afin de permettre aux élèves d’enrichir leur parcours personnel.
En effet, dans les études post bac, tous les plus qui sont liés à la personne valorisent un dossier au-delà de l’excellence académique et des très bonnes notes. Le stage peut se faire en France de façon classique ou à l’étranger dans le cadre d’un échange, en immersion linguistique culturelle. Düsseldorf pour l’Allemagne, Grenade pour l’Espagne et les îles d’Aland pour la Finlande. Ces stages donnent lieu à 2 oraux.

La classe de 2nde est une année sans examen, ainsi, nous proposons aux élèves, de manière facultative, plusieurs voyages.
Un voyage à Madrid d’une semaine où les élèves sont accueillis dans une famille avec des cours d’espagnol et des visites culturelles.
Un échange, en immersion dans une famille, avec Norfolk, aux Etats-Unis, de deux semaines durant les vacances de la Toussaint.
Et enfin un voyage à Rome d’une semaine pour les latinistes de la seconde à la Terminale.

Le projet éloquence, mis en place par Madame Romieu, responsable des premières, vise à permettre à l’élève de s’exprimer avec aisance en public sur un sujet donné, avec un support défini, en un temps donné, dans la langue de son choix.
En fin d’année, tous les élevés et les parents qui le souhaitent sont conviés à un grand oral d’éloquence.

Je souhaiterais aussi évoquer le projet EGDO, Enfants de la Goutte-d’Or. C’est une association qui propose à des jeunes lycéens d’aider les collégiens et écoliers du quartier à faire leurs devoirs une ou deux fois par semaine pendant un trimestre. C’est l’occasion pour nos élèves aussi de s’ouvrir aux autres, de donner de leur temps et de s’engager sur une courte durée.

De nombreux projets sont proposés par la Pastorale aux lycéens : des voyages humanitaires en Inde ou au Pérou. Cette année, 2 nouveaux projets ont vu le jour : une retraite en abbaye de 48 heures pour les élèves de 1ère, temps de prière, de silence et de travail, et le projet épiceries solidaires, projet Andes, pour tous les lycéens.

Au lycée mais aussi au collège, nous mettons en œuvre le projet : comment mieux aider nos élèves à mieux réussir une évaluation ? L’évaluation est un outil, un moyen, pour réussir et non pas une note a un moment T qui peut être parfois perçue comme une sanction. C’est pourquoi, depuis deux ans, un groupe de professeurs s’est saisi d’une réflexion sur l’évaluation, suite à une intervention de Monsieur Antibi sur la constante macabre. Mr Antibi met l’accent sur le poids excessif qu’aurait la note et surtout la systématisation des mauvaises notes qui pousserait à la sélection par l’échec avec comme conséquence le découragement et l’exclusion de nombreux élèves.
Nous avons donc établi une feuille de route à Saint Dominique reposant sur comment évaluer nos élèves et comment permettre à l’évaluation d’être un outil pour les faire progresser.

97 % de mentions au BAC, c’est une très belle réussite pour St Do. Qu’est ce qui fait, selon vous, que St Do atteint de tels résultats ?
C’est un bel aboutissement, le résultat du travail de toute la communauté éducative.
Mais au-delà des mentions, ce sont de belles intégrations de nos élèves, de belles orientations post bac. C’est à dire des orientations décidées, réussies, choisies et voulues. Oui des bons résultats, mais surtout une diversité d’élèves qui se réalisent en fonction de leurs capacités et de leurs souhaits.